Le vaste territoire de l’ancienne province de Berry se divisait en deux entités, l’une représentée grosso modo aujourd’hui par le département de l’Indre était le Bas Berry, tourné vers Châteauroux, tandis que le Haut Berry, surtout représenté par le département du Cher était tourné tout entier vers la ville de Bourges.

En 1790, l’Assemblée Constituante décide la création de 83 départements qui remplacent tout à la fois les anciennes provinces telles que le Berry, les généralités (découpages administratifs et fiscaux, eux-mêmes subdivisés en élections) et les gouvernements militaires[1]. Les diocèses suivront pour coller à ces nouveaux découpages dès 1792.

Le Haut Berry Giennois pourrait se définir par la poignée de communes situées au sud de la ville de Gien qui, au lieu de former le nord du département du Cher comme l’aurait voulu la logique –

la Loire

formant originellement la limite septentrionale du Haut Berry auquel le Cher se substitue – furent détachées de leur aire culturelle historique et de leur diocèse de toujours, le diocèse de Bourges, pour former la limite sud-est du département du Loiret et du diocèse d’Orléans. La plupart de ces communes appartenaient sous l’Ancien Régime au marquisat de Saint-Brisson. On trouve ainsi Poilly-lez-Gien, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Firmin-sur-Loire, Autry-le-Châtel, Cernoy-en-Berry et bien sûr Saint-Brisson-sur-Loire. Mais on trouve aussi Coullons, Cerdon, et Châtillon-sur-Loire, une petite dizaine de communes au total que je vous propose de découvrir en ma compagnie sur Historivegauche même si nous nous autoriserons à l’occasion quelques détours par quelques uns des villages qui les entourent. Suivez le guide !

Cernoy_2
Cernoy-en-Berry, la place de l'église.

[1] Pour en savoir plus sur la formation des départements, un lien proposant une synthèse très éclairante : http://revolution.1789.free.fr/decembre-1789/decembre-1789.htm